Organiser l’arrivée de bébé dans la famille, comment ne rien oublier ?

Organiser l’arrivée de bébé dans la famille, comment ne rien oublier ?

Être enceinte, c’est un moment qui est assez paradoxal pour la maman. Celle-ci va ressentir de la joie d’attendre son petit être qui est dans son ventre, mais elle va également ressentir de nombreuses fois du stress. En effet, surtout lorsque c’est notre premier enfant, il n’est pas rare d’avoir peur d’oublier quelque chose. Nous pouvons passer de nombreuses heures sur internet pour pouvoir savoir ce qui est indispensable au moment de l’arrivée de bébé et ce qui peut attendre ou bien qui n’est pas forcément nécessaire. 

Il est vrai que lorsqu’on se rend dans un magasin de puériculture il y a tellement de choses que l’on peut facilement se dire qu’on a oublié un achat. 

Comment s’y retrouver donc, avant la naissance de bébé afin de s’assurer de pouvoir l’accueillir en toute sérénité ? C’est ce que nous allons voir ensemble. 

Faire une liste des choses importantes.

En catégorisant chaque partie. Vous pouvez donc penser à la partie repas, la partie coucher, la partie bain et soin, la partie sortie et la partie éveil. Sachez que durant les premières semaine, la partie éveil n’est pas forcément nécessaire. Votre bébé ne fera que dormir et manger, pour la plupart du temps. Vous avez donc le temps d’acheter. 

Dans ses différentes parties, nous pouvons avoir également des doutes sur la qualité. Pour ne pas se tromper, vous pouvez vous rendre sur un blog conseil de maman. Certaines donc peuvent vous aider à choisir la poussette idéale, par exemple. Il y a tellement de choix en magasin qu’il est vrai que l’on peut être vite perdue. 

Pour le siège auto, je vous conseille le site securange qui est une bonne indication pour pouvoir trouver le siège auto qui sera parfait pour accueillir votre petit bout en voiture. 

Ne pas stresser.

La plupart des choses importantes telle que le lit, le bain ainsi que la sortie, vous allez forcément y penser. Ce sont les choses assez basiques auxquelles nous pensons en premier. Pour le reste, il ne sert à rien de s’alarmer. Vous êtes à la maternité et vous avez pensé qu’il vous manquait un mouche bébé, par exemple ? Ce n’est pas grave. Vous pouvez tout simplement aller l’acheter à la sortie de votre bébé. S’il y a quelques oublis, ils peuvent être facilement achetés même une fois que bébé est né. 

Le but est vraiment de se détendre durant les dernières semaines de grossesse. Il ne faut donc pas stresser, car il vous manque quelque chose. N’hésitez pas à prendre également directement sur internet si vous avez réellement peur que cet oubli soit important. Sachez également que la plupart des proches offrent également des cadeaux à la naissance, c’est d’ailleurs pour cela qu’on fait une liste de naissance. Si vous avez oublié quelque chose, qui n’est pas forcément pour la naissance même, n’hésitez donc pas à le mettre sur la liste et si personne vous l’offre vous pourrez donc l’acheter par la suite ! Le plus important et donc d’avoir de quoi le coucher, le laver, le sortir et lui donner à manger. Le reste, cela peut être acheté au cours de sa petite vie ! 

A quoi servent les cours de psychomotricité pour les enfants?

A quoi servent les cours de psychomotricité pour les enfants?

Les cours de psychomotricité sont extrêmement bénéfiques pour les enfants. En effet, la psychomotricité est une méthode thérapeutique qui aide l’enfant à se développer sur le plan physique, émotionnel et relationnel. En principe, le rôle d’un psychomotricien consiste à analyser les interactions entre les pensées, les perceptions, les sentiments, mais aussi les mouvements corporels.

 

 

Pourquoi suivre des cours de psychomotricité?

 

Les parents devront emmener leur bout de chou consulter un psychomotricien lorsqu’il a un handicap. Les séances de psychomotricité sont surtout efficaces pour stimuler son développement et optimiser ses compétences. Le praticien propose plusieurs exercices qui servent surtout à dépister les causes de ses retards de croissance.

Les cours de psychomotricité doivent être effectués dès que les parents aperçoivent des acquisitions motrices tardives. Il peut s’agir d’un retard sur le développement physique. Par exemple, le bébé a du mal à se mettre à 4 pattes et à marcher. Il peut aussi s’agir d’un problème de coordination comme la maladresse.

L’aide d’un psychomotricien est indispensable lorsque l’enfant fait face à des difficultés de communication verbale ou non-verbale. Il y a aussi des enfants qui subissent des anomalies à la suite d’une blessure ou d’une opération chirurgicale. Pour les enfants un peu plus grands, les cours de psychomotricité sont surtout nécessaires pour lutter contre certains troubles :

– Les troubles autistiques

– Les problèmes de mémoire

– La dépression

– L’agressivité

– La dyspraxie

 

Le déroulement d’une séance de psychomotricité

 

Avant de débuter une séance de psychomotricité, le psychomotricien réalise un bilan psychomoteur. Cela consiste surtout à évaluer précisément la psychomotricité de l’enfant. Pour cela, plusieurs tests doivent être effectués. L’évaluation vise notamment à déterminer la thérapie la mieux adaptée.

Les parents doivent être présents pendant la séance pour que l’enfant soit plus réceptif. Les parents doivent aussi être présents pour exposer plus clairement les vrais problèmes de leurs enfants. Le psychomotricien est en mesure de proposer des solutions pour mieux les éduquer et traiter les troubles.

Du soutien parental face à la crise d’adolescence

Du soutien parental face à la crise d’adolescence

L’adolescence est une période difficile pour les parents. Beaucoup de changements, physiques, émotionnels et mentaux se produisent pendant l’adolescence. Pour éviter malentendus et incompréhensions pouvant détruire leur relation, les deux entités devront établir des mises au point essentiels.

Comprendre ses enfants et accepter les changements qui peuvent changer

Au cours des années, les parents ne remarquent l’évolution de leurs enfants qu’à partir de l’âge de 10 ou 11 ans environ. A partir de cet âge, les enfants commencent à avoir une vision différente et peut-être même une pensée très opposée à ce qu’on lui a appris. Quand l’enfant commence à changer, il entre dans l’adolescence. Souvent, les adolescents ont des comportements difficiles qu’eux même n’arrivent pas à contrôler.

A partir de l’âge de puberté, les envies et les émotions deviennent très fortes. Pendant cette mutation, la présence des parents dans leur vie est très importante. Les parents devront comprendre leur enfant et l’aider à bien se comporter. On doit se rendre compte que ce phénomène de changement est logique. Le problème, c’est que les parents n’arrivent pas à accepter que leurs enfants grandissent, ils les prennent toujours comme des petits enfants de cinq ans qui devront encore s’intéresser aux petits jouets. 

Laisser un peu de liberté et soutenir ses enfants dans ses décisions

L’adolescence est aussi une étape difficile pour les enfants, autant que pour les parents. C’est une période où l’enfant veut s’éloigner et gagner en indépendance. En étant adolescent, on veut faire sa vie, prendre ses propres décisions, et pourtant, c’est là qu’on a le plus besoin du soutien de ses parents. 

Tous les jeunes enfants subissent des crises d’ados, mais cette crise pourrait être due à la manière dont les parents élèvent leur enfant. Parfois les parents privent trop son enfant de beaucoup de choses pour qu’il ne fasse pas d’erreur.. Pourtant, le résultat est le contraire de ce que l’on pense. Pour la bonne conduite et le comportement d’un enfant, il faut toujours trouver le juste équilibre. C’est comme tenir une boue dans la main, si vous la maintenez doucement, elle reste bien dans vos mains, mais si vous la serrez très fort, vous en connaîtrez la conséquence. 

Contribuez à l’éveil de votre enfant

Contribuez à l’éveil de votre enfant

Un bébé est un petit être fragile. Dès sa naissance jusqu’à un certain âge, il est obligatoire d’en prendre soin. On est d’accord qu’être parents est la meilleure chose qui puisse nous arriver, alors prenons notre rôle au sérieux et contribuons à l’éveil de nos enfants !

Comment fonctionne un bébé ?

Avez-vous déjà remarqué une mère parler à son nouveau-né ? Arrêtez les préjugés qui définissent ces gestes comme s’il s’agissait d’une femme folle. Il est temps d’éclaircir que c’est tout à fait normal et même très bénéfique pour le bébé.

La meilleure manière d’éveiller les sens de son bébé est tout d’abord de lui parler le plus possible. Essayez de discuter avec votre nourrisson lorsqu’il est en train de téter. Cela stimule son sens de l’ouïe et aide déjà son cerveau à distinguer la voix de sa mère de toute autre personne. C’est une habitude simple et très instructif pour l’enfant et un moyen de tisser un lien très fort avec la mère.

Quand un bébé commence à grandir, vers les 3 mois ou 4 mois, son cerveau commence à créer des scènes. De là débute son imagination. Entre-temps, le bébé développe ses autres sens. En particulier, le toucher, qui est la priorité selon son subconscient. Ne vous étonnez pas lorsque votre bébé aime bien toucher à tout ce qu’il voit. A cet âge, le bébé essaye de goûter à tout pour le développement de ses papilles : salé, sucré, amer, acide, etc…

Prendre soin de son bébé

On dit souvent qu’avoir des enfants est une expérience troublante. Pourtant tout le monde sait qu’on ne naît pas parents, on le devient. C’est le temps et l’expérience qui nous apprennent à devenir de bons parents pour nos enfants. L’important, c’est uniquement de prendre soin de son bébé pour plus ou moins lui assurer un avenir meilleur que le nôtre.

Bien habiller son bébé, le nourrir et le garder au propre est une suite logique dans la vie parentale. Tout de même, cela ne suffit pas pour bien prendre soin de son petit bout. Sachez qu’un bébé a tout aussi besoin de distraction que les adultes. Il est donc important de stimuler ses neurones en achetant des jouets d’éveil pour son bébé.

Au marché, plusieurs modèles de jeux sont disponibles et adaptés à l’âge de chaque enfant. Savez-vous que l’intelligence d’une personne est plus grande lorsqu’il est habitué à examiner les choses dès son enfance ? 

Partager un moment d’affection avec son enfant est également sollicité pour que ses émotions soient complètes. Cela minimise le risque de manque et de lacune intellectuelle en lui.

Aidez vos enfants à développer leur confiance en soi

Aidez vos enfants à développer leur confiance en soi

La confiance en soi est fondée sur la conviction de pouvoir faire et bien faire les choses. Elle ne vient pas naturellement chez les enfants, elle est cultivée et entretenue.  L’atmosphère dans laquelle vit un enfant conditionne son mode de vie et fixe les paramètres de sa personnalité. En tant que parents, la première étape est de démontrer que vous pouvez servir d’exemple. Grâce à des actions concrètes, montrez à vos enfants qu’ils sont aussi capables d’accomplir de grandes choses. Par exemple, montrez-leur le dessin d’un tableau et demandez-leur de vous aider à le reproduire. Cette capacité à traduire une idée en actes est très importante. Pour forger la confiance en soi de vos enfants, il est essentiel de leur faire savoir ce dont ils sont capables de réaliser. Pour la développer, les enfants, et même les adultes, devraient toujours être encouragés et félicités lorsqu’ils font quelque chose de bien. Ils ont également besoin d’affection et d’attention. Il faut toujours les écouter lorsqu’ils s’expriment. En agissant ainsi, vous donnez à vos enfants un bien précieux.

Les ennemis de la confiance en soi

L’estime de soi des enfants s’améliore progressivement. Et pour assurer et garantir cette amélioration, la prudence s’impose face à certains traits de caractère néfastes. La violence sous toutes ses formes, en paroles ou en actes, est le principal ennemi de la confiance en soi. L’incompréhension, les reproches et les critiques, le manque d’attention et d’affection, la comparaison avec d’autres enfants peuvent aussi l’altérer. Toutes ces caractéristiques génèrent la peur, le manque d’autonomie et peuvent finir par avoir raison de l’enfant.

Quelques conseils pratiques

Avant tout, apprenez à valoriser vos enfants. En cas de difficultés, faites en sorte qu’ils puissent s’exprimer librement et sans préjugés. Puis essayez de leur venir en aide pour surmonter le problème. Si nécessaire, punissez-les, mais avant, expliquez-leur pourquoi. La discussion doit toujours être simple et non contraignante, afin qu’ils apprennent à exprimer leur opinion avec franchise et à écouter les autres avec respect. Discutez clairement de ce qui ne va pas et ne dissimulez jamais la vérité. Certes, reconnaître ses fautes et demander pardon n’est pas toujours facile, mais il faut leur apprendre à reconnaître leurs torts. Donnez-leur une chance de se racheter et ils deviendront encore meilleurs à l’avenir.